Mobirise

Non ! un féminicide n'est pas un acte passionnel

il y a 8 mois

← Retour

Ce samedi 2 novembre à 10h, l’info, sur la Première radio, a fait bondir :

« Le corps sans vie d’une femme aurait été découvert dans le coffre d’une voiture.  C’était hier soir à Bouffioulx dans la commune de Châtelet. Il s’agirait d’un crime passionnel, la femme aurait été tuée par son ex-mari.  Il a prévenu un de ses amis, qui aurait, à son tour, prévenu la police."

« Crime passionnel » !

Comment une telle expression peut-elle toujours être utilisée, en 2019, pour masquer la conséquence ultime de la violence conjugale ?

Aujourd’hui, la Fondation Anne-Marie Lizin participe au combat pour que le féminicide, assassinat d’une femme par son compagnon ou ex-compagnon soit reconnu comme un crime « avec circonstances aggravantes », alors que la notion de soi-disant « crime passionnel » n’existe que pour invoquer des circonstances atténuantes pour l'homme.

Rappelons que le Fondation Anne-Marie Lizin a organisé, le 24 novembre 2018, un colloque sur le thème « De la Loi Lizin à la Convention d’Istanbul, vingt ans de lutte contre les violences conjugales et intrafamiliales.

La vidéo de ce colloque, et la brochure qui en est issue, sont consultables sur ce site.

© Fondation Anne-Marie Lizin - Tous droits réservés